Jonas De Maere est Wine Program Manager pour Ahold Delhaize USA. Il soutient les chefs de catégorie locaux en affinant leur portefeuille-vin en fonction de leurs marchés. Jonas assure la promotion du Concours Mondial de Bruxelles aux Etats-Unis depuis 5 ans maintenant et a conseillé de nombreux vignobles à inscrire leurs vins au concours.

Que vous apporte votre participation au Concours Mondial de Bruxelles en tant que juré ?

Faire partie du jury du Concours Mondial est formidable pour deux raisons: Premièrement, pour l’expérience de dégustation. On a au Concours la chance de déguster de nombreux vins, regroupés par région et/ou par cépage. C’est pour moi une excellente occasion d’élargir mes connaissances et mon expérience. Et deuxièmement, pour le réseau. C’est une plateforme unique pour se rencontrer, partager des idées et des tendances et en discuter avec des professionnels du vin, dont beaucoup deviennent alors amis.

En tant que professionnel de la distribution de vin aux Etats-Unis, utilisez-vous les médailles du Concours Mondial ?

Il existe de nombreux critères impliqués dans la sélection d’un portefeuille-vin en grande distribution. Cela dépend vraiment des besoins du marché, mais une médaille est certainement la garantie d’un bon vin. Nous pouvons également parcourir la liste des médaillés et l’utiliser comme un outil pour découvrir de nouveaux vins.

Les consommateurs recherchent-ils des vins médaillés ?

Oui, les consommateurs recherchent des médailles sur une bouteille. Dans les supermarchés, il n’y a pas toujours quelqu’un pour guider le consommateur et les rayons vin peuvent être grands et intimidants. Une médaille d’un concours bien connu rassure toujours le client sur le fait que les vins ont été correctement testés au préalable et sont fiables.

D’après votre expérience, les vins médaillés se vendent-ils mieux?

Le simple fait d’avoir un vin avec une médaille fonctionne en rayon, mais si vous voulez tirer le meilleur parti d’une médaille, un distributeur doit également la faire connaître. En produisant par exemple une brochure ou une liste des vins primés au sein du portefeuille ou en organisant des dégustations spéciales avec des vins primés. Cela permet au client de découvrir ces vins.

Quelles tendances remarquez-vous actuellement sur le marché du vin?

Aux États-Unis on voit que le rosé et le Prosecco se vendent très bien. Il est également intéressant de voir que les clients sont plus ouverts à découvrir des vins moins connus de petits pays ou d’appellations comme par exemple le Grüner Veltliner d’Autriche – un vin que la plupart des Américains ne connaissent pas.

A part le rosé et le prosecco, quels types de vins recherchent les consommateurs américains ?

Le marché américain a beaucoup de spécificités régionales. Mais d’une manière générale, le consommateur américain est friand de vins expressifs et généreux. Les vins californiens sont l’exemple parfait de ce que les clients attendent – des vins très aromatiques, chaleureux, mais aussi faciles à boire.

Pourquoi conseillez-vous aux producteurs d’envoyer leurs vins au Concours Mondial de Bruxelles?

Il y a deux bons arguments pour le Concours Mondial de Bruxelles. Premièrement, pour un producteur, une médaille est un excellent outil de marketing. J’ai eu des fournisseurs qui ont remporté des médailles et qui ont pu ouvrir de nouveaux marchés après avoir été approchés de manière proactive par des acheteurs, tout simplement parce qu’ils étaient sur le site du Concours Mondial de Bruxelles. C’est un excellent retour sur investissement! Deuxièmement, un concours est un excellent outil d’analyse comparative permettant aux producteurs de voir comment ils se comportent non seulement par rapport aux vins de leur propre région (qu’ils connaissent généralement très bien), mais aussi par rapport aux vins d’autres régions et pays (qu’ils connaissent généralement moins bien ou en tout cas de plus loin).