Le Concours Mondial de Bruxelles (CMB) annonce une augmentation de 20 % du nombre de commandes d’étiquettes de médailles en 2018 par rapport à l’année précédente. Cette augmentation démontre que le Concours se positionne comme une véritable référence internationale. Décryptage.

« Les médailles ont un effet positif sur le consommateur et sur le commerce »,déclare Julia Kostadinova, dégustatrice au CMB et rédactrice en chef de Divino, Bulgarie. « Les amateurs font vraiment attention aux récompenses. Ils sont plus susceptibles de choisir un vin avec une médaille d’un concours prestigieux comme le Concours Mondial de Bruxelles plutôt qu’un vin sans récompense », commente Andre Ribeirinho, directeur d’Adegga et Winemarket Lisboa, Portugal. « En tant qu’expert, si je devais choisir un nouveau vin, je préférerais celui avec une médaille, car cela prouve que le producteur a fait des efforts pour soumettre son vin à une évaluation. » ajoute Ribeirinho.

En 2018, les dix principaux pays ayant commandé des médailles et acheté les droits de reproduction sont : la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Grèce, la Bulgarie, le Mexique, l’Afrique du Sud, la Belgique et la Roumanie. La France et l’Espagne caracolent en tête du classement depuis plusieurs années. À noter que les commandes venant de Suisse (prochain pays hôte du concours) ont également triplé en 2018.


La Belgique décolle

La Belgique débarque dans le top 10 ! En effet, le pays a commandé 10 fois plus d’autocollants qu’en 2017. La grande distribution a connu une augmentation des ventes de bouteilles médaillées. « Nous apprécions la médaille du CMB, car elle raconte une histoire, elle apporte au client une véritable valeur ajoutée », a déclaré Jonas De Maere, responsable de la catégorie des vins dans les magasins Delhaize en Belgique. « Avoir un vin qui raconte une histoire, c’est extrêmement important », ajoute-t-il.

Une récompense positionne une bouteille sur le marché et est un outil de stratégie de commercialisation. Début 2018, une enquête informelle menée par le CMB auprès des acheteurs a montré qu’une médaille signée Concours Mondial de Bruxelles augmente les ventes de vin de 18 % à plus de 40 % selon les pays. « Les acheteurs internationaux s’assurent qu’un vin possède un prix avant de l’intégrer à leur catalogue, surtout s’il s’agit d’un nouveau vin ou d’une nouvelle marque. Les médailles sont indispensables sur certains marchés. C’est un devoir pour les acheteurs d’Europe et d’Amérique », explique Sylvia Taskova, directrice des exportations de vin de la cave Edoardo Miroglio.


L’or toujours plébiscité

Les médailles d’or gardent une image forte. Un document de travail de l’Association américaine des économistes du vin (AAWE) affirme qu’un producteur « dont le vin a reçu une médaille peut augmenter son prix de 13 %. L’impact de l’or s’avère beaucoup plus important que celui de l’argent et du bronze ». L’étude a recueilli des données sur 11 compétitions, y compris le Concours Mondial de Bruxelles. 50,9 % des commandes d’autocollants concernent des médailles d’or CMB, 41,3 % d’argent et 7,8 % de médailles Grand Gold. La tendance pour les droits de reproduction est similaire : le plus grand nombre de commandes concerne des médailles d’or (53,3 %), suivies de l’argent (33,3 %) et du Grand Or (13,3 %).


Un modèle unique

Les amateurs connaissent mieux les marques et le secteur. Ils savent non seulement qu’une médaille est synonyme de meilleure qualité, ils peuvent également faire la différence entre les médailles d’une compétition à l’autre.

L’augmentation du nombre de commandes d’étiquettes de médailles et de droits de reproduction pourrait également être due à une notoriété positive de CMB. Le Concours Mondial de Bruxelles est le seul concours qui vérifie les vins primés après l’événement en comparant une sélection de produits avec des échantillons achetés anonymement. Une part importante des revenus générés par les commandes d’autocollant est investie dans ces contrôles de qualité post-événement, conçus pour garantir aux consommateurs le plus haut degré de satisfaction des vins approuvés par le jury.

Le processus d’évaluation du concours repose sur le modèle conçu par l’OIV et l’Union internationale des œnologues, qui permet d’attribuer jusqu’à 30 % des inscriptions. Le Concours Mondial de Bruxelles est encore plus strict dans son évaluation, attribuant des éloges à seulement 27-29 % des vins concurrents. En outre, l’organisation du Concours Mondial de Bruxelles est contrôlée annuellement par le Service public fédéral Économie du gouvernement belge, qui se concentre principalement sur la manière dont les médailles sont attribuées et distribuées.

Le Concours Mondial 2019 aura lieu du 2 au 5 mai à Aigle, en Suisse. La date de clôture des inscriptions est fixée au 28 février 2019.