Le pays hôte de l’édition 2019 du Concours Mondial de Bruxelles a enregistré un nombre record de vins. Avec près de 600 vins (contre 166 en 2018), la Suisse figure pour la première fois dans le top 5 juste après la France, l’Espagne, l’Italie et le Portugal. Les vins du Canton de Vaud représentent plus de 50% des inscriptions suisses, suivis du Valais avec 37%.

“Outre l’organisation d’une édition inoubliable du Concours Mondial de Bruxelles à Aigle, notre objectif est d’impliquer les viticulteurs de toutes nos régions et de mettre en valeur la diversité et la qualité de nos vins. La première étape de cet objectif a été pleinement réalisée.” Frédéric Borloz, président de l’association CMB Aigle 2019.

La Suisse n’est pas le seul pays dont la participation a augmenté en 2019. Les chiffres en provenance d’Italie et d’Espagne ont respectivement augmenté de 5% et 3,4% par rapport à 2018. Les inscriptions en provenance du Mexique ont augmenté de 20% et pour la première fois de l’histoire de la compétition, la République de Moldavie est entrée dans le top 10 avec une augmentation de 23% en 1 an. La Roumanie et la République tchèque connaissent également une belle augmentation.

9 150 vins de 46 pays producteurs participeront, cette année, au Concours.

Plus de 300 cépages différents ont été inscrits au Concours Mondial de Bruxelles 2019. La Suisse, à elle seule, a inscrit plus de 50 cépages différents. La majorité des vins suisses (133) proviennent du cépage autochtone Chasselas, qui est la deuxième variété la plus cultivée dans le pays. Viennent ensuite le Pinot Noir (89) et le Merlot (37), suivis par des variétés indigènes comme le Gamaret (33) et la Petite Arvine (30). Les cépages autochtones qui enrichissent et contribuent à l’identité des régions viticoles suisses représentent 36% des inscriptions.

Malgré la grande diversité de cépages autochtones inscrits au concours, la majorité des vins présentés sont produits à partir de cépages internationaux.

Entre la Chine, dominée par le Cabernet-Sauvignon, et les climats plus froids de la Suisse, les inscriptions ont connu quelques changements ! Le nombre de vins rouges inscrits a ainsi diminué de 3% au profit des vins blancs, dont la part a augmenté de 3% par rapport à 2018. Au niveau des vins rosés, les chiffres restent stables.

Après la tendance à la hausse des inscriptions de vins biologiques et biodynamiques entre 2015 et 2018, le nombre a légèrement diminué cette année. Le record de l’année dernière était en partie dû à la grande quantité de vins inscrits par la Chine, pays hôte en 2018, dont plus du tiers étaient issus de l’agriculture biologique.

Cette année, la plupart des vins biologiques proviennent d’Italie (182), suivis de l’Espagne (151), de la France (121) et de la Chine (53). Au total, 24 pays ont inscrit des vins biologiques au concours.

350 œnologues, sommeliers, acheteurs internationaux, journalistes, critiques spécialisés dans le vin, chercheurs et représentants d’organisations industrielles de près de 50 pays se réuniront à Aigle du 2 au 5 mai pour le 26ème Concours Mondial de Bruxelles.

Le Concours Mondial de Bruxelles est une compétition itinérante de plus de 25 ans d’expérience. Il s’agit du seul concours de vin organisant des contrôles de qualité des vins primés après la compétition. Ceci afin de garantir aux consommateurs le plus haut niveau de satisfaction possible.

Le système d’évaluation du Concours Mondial de Bruxelles s’appuie sur un modèle rigoureux conçu par l’OIV et l’Union internationale des œnologues.