Derniers Articles

“L’utilisation de cépages régionaux historiques est la force de la Calabre.”
Vins doux et fortifiés : les résultats !
03 Oct 22
“L’utilisation de cépages régionaux historiques est la force de la Calabre.”
Le Concours Mondial s’invite dans le salon United
26 Sep 22
“L’utilisation de cépages régionaux historiques est la force de la Calabre.”
525 vins en compétition à Marsala
19 Sep 22

“L’utilisation de cépages régionaux historiques est la force de la Calabre.”

“L’utilisation de cépages régionaux historiques est la force de la Calabre.”

Le secteur viticole en Calabre n’a pas eu la vie facile. La raison ? L’isolement géographique de la région et l’absence de promotion collective des vins. En effet, la région a lutté pendant de nombreuses années pour se faire un nom sur le marché. De plus, la faiblesse de l’économie locale a fait fuir la jeunesse. Mais récemment, un groupe de jeunes vignerons s’implantent dans la région et changent l’image des vins calabrais. Comment ? En se concentrant sur les cépages autochtones et en perpétuant les traditions viticoles locales, ils élaborent désormais des vins aptes à trouver une place sur le marché international.

Ces vins en disent long sur le terroir de la Calabre, mais répondent aussi à la demande actuelle du marché pour des vins uniques et authentiques. L’enthousiasme et les investissements de cette nouvelle génération de viticulteur ont permis de faire un bond en avant en matière de qualité et ont propulsé la Calabre vers de nouveaux sommets. Parmi ce groupe de révolutionnaires du vin, un nom se distingue par la recherche, l’innovation et les efforts consacrés à la préservation du patrimoine et des traditions viticoles de la Calabre : Librandi.

La plus grande et la plus prestigieuse cave de Calabre se consacre à la résurrection des raisins historiques de la région. Au cours du dernier siècle, la famille Librandi a acheté des vignobles et investi dans des technologies de vinification modernes, tout en gardant à l’esprit l’objectif principal de la marque, à savoir l’utilisation de raisins locaux et le maintien d’un haut niveau de qualité. Leur équipe étudie les différentes variétés indigènes et a construit un musée pour les présenter aux visiteurs. « L’entreprise est née dans les années 1950 avec les vins Cirò », raconte Raffaelle Librandi, propriétaire de la cave. « Plus tard, dans les années 1990, nous avons introduit quelques cépages internationaux, et bien que certains d’entre eux se soient avérés fructueux et produisent encore de bons vins, 80% des cépages que nous utilisons à ce jour sont locaux, avec une prédominance des variétés classiques du Cirò, à savoir le Gaglioppo et le Greco Bianco« .

La raison de l’utilisation de vignes indigènes n’est pas seulement le désir de sauvegarder le patrimoine viticole de la Calabre, mais aussi la résilience des variétés : « Aujourd’hui, alors que le changement climatique s’accélère, les cépages locaux s’avèrent mieux adaptés au terroir calabrais », affirme Librandi. En outre, Librandi a reconnu que les vins traditionnels sont plus concurrentiels sur le marché international : « L’utilisation de raisins régionaux historiques est notre force. Nous proposons des vins originaux, qui ne peuvent pas être copiés« . L’entreprise exporte actuellement vers 40 marchés en dehors de l’Italie, 50 % de la production étant vendue à l’étranger. Raffaele Librandi, le grand-père de la dernière génération de la famille Librandi, a commencé l’exploitation viticole avec six hectares de vignobles, en guise d’héritage à ses six enfants. Actuellement, l’entreprise possède 230 hectares de vignobles.

Le jardin des variétés de Librandi

La passion de la famille pour la recherche de cépages autochtones a commencé en 1993, lorsqu’elle a planté son premier bloc expérimental, avec des vignes de Magliocco, Castiglione et Pecorello dans le vignoble de Ponta. L’acquisition et le développement de vignoble à Rosaneti illustrent la forte volonté de l’entreprise de se concentrer avant tout sur les cépages autochtones. « Il y avait deux raisons fondamentales à cela, la première étant que le patrimoine viticole de la Calabre est incroyablement riche. La seconde est que ce patrimoine est assez peu clair d’un point de vue scientifique, œnologique« , explique le propriétaire.

Aujourd’hui, le « jardin des variétés » de la famille Librandi est ouvert au public. Il contient une collection de vignes indigènes qui comprend actuellement environ 200 variétés récupérées dans toute la région et disposées dans un vignoble à la forme de spirale caractéristique.