Une étude publiée récemment par Wine Intelligence sur les tendances mondiales du vin en 2020 révèle une baisse généralisée des connaissances liées aux vins sur un certain nombre de grands marchés de consommation. Entre 2015 et 2019, l’indice de connaissance du vin[1] en Chine et aux États-Unis a chuté de manière significative, de 6 et 5,5 points respectivement[2]. Il n’empêche que si les connaissances diminuent, le vin joue un rôle de plus en plus important dans la vie des consommateurs, preuves à l’appui.

Quant aux achats, être en mesure de choisir un vin sans difficulté est devenu un élément primordial. Le consommateur, par manque de temps, se fie désormais à l’apparence et à l’impact visuel, et moins aux données concrètes. Nous nous sommes donc demandé quels repères visuels facilitent le choix des consommateurs lorsqu’ils parcourent les rayons et si les médailles jouent un rôle plus important dans les décisions d’achat.

Entre septembre 2019 et février 2020, le Concours Mondial de Bruxelles a mené une enquête en ligne auprès des producteurs ayant remporté des médailles lors du concours. Dans le même temps, une série d’entretiens avec des acheteurs vin à travers l’Europe[3] et les États-Unis a été conduite, afin d’évaluer l’impact des médailles sur la commercialisation et le marketing.

Les résultats de l’enquête confirment l’hypothèse selon laquelle les médaillons ont effectivement un impact positif sur le comportement d’achat des consommateurs. Les médailles permettent aux consommateurs de repérer rapidement les vins primés, ce qui réduit le temps de sélection et le risque de faire un mauvais choix.

« Dans les supermarchés, il n’y a pas toujours quelqu’un pour guider le consommateur et les rayons vins peuvent être vastes et intimidants », explique Jonas De Maere, responsable du programme vins chez Ahold Delhaize USA. « Une médaille décernée par un concours renommé rassure toujours le client sur le fait que les vins ont été correctement évalués au préalable et qu’on peut leur faire confiance ».

Xavier Leclerc, responsable sourcing auprès d’Auchan France, corrobore ces affirmations :
« Un rayon vin en grande distribution c’est 80 références dans le champ de vision et 99 % de nos clients ne connaissent pas le vin, ni les appellations, ni les cépages. Imaginez la force d’une médaille comme élément différenciant dans ce contexte. À prix égal et jusqu’à 15 % plus cher, un vin médaillé se vend vingt fois plus. En tant qu’acheteurs, nous accordons donc beaucoup d’importance à ces signes distinctifs ».

Selon l’enquête menée par le Concours Mondial de Bruxelles, une médaille décernée par le concours peut générer une augmentation des ventes pouvant atteindre 30% selon les pays. « D’après mon expérience, lorsqu’un vin sous notre marque propre reçoit une médaille, les ventes peuvent augmenter de 20 à 30 % », déclare Andrea Alonso, acheteur vin auprès de Makro Espagne et du groupe Metro. « Je suis persuadée qu’elle apporte une valeur ajoutée aux marques ».

Les producteurs confirment les avantages d’une médaille issue d’un concours international de vin. 78 % des entreprises vinicoles interrogées estiment que leur médaille estampillée Concours Mondial de Bruxelles a eu un impact significatif sur leur image. De même, 77 % des producteurs sondés déclarent que la médaille a eu un effet positif sur leurs ventes. Et surtout pour les producteurs dont la notoriété est plus faible, une médaille est considérée comme une clé d’entrée pour pénétrer de nouveaux marchés :

« Pour un producteur, une médaille représente un excellent outil de marketing », commente Jonas De Maere. « Certains de mes fournisseurs qui ont gagné des médailles ont pu accéder à de nouveaux marchés après avoir été contactés spontanément par des acheteurs, tout simplement parce qu’ils ont eu une visibilité sur le site du Concours Mondial de Bruxelles. C’est un excellent retour sur investissement ».

Cependant, même si l’effet positif d’une médaille ne fait plus de doute, il n’est pas toujours facile de sélectionner le bon concours. Parfois, le nombre très élevé de médailles décernées par rapport aux inscriptions peut susciter une certaine méfiance à l’égard des concours de vin. Contrairement à certains concurrents, le Concours Mondial de Bruxelles respecte les directives de l’OIV et de l’Union Internationale des Œnologues, selon lesquelles seuls 30% des échantillons au maximum (souvent moins) peuvent se voir récompenser.

Qui plus est, le Concours Mondial de Bruxelles est l’unique concours à contrôler après l’évènement les vins primés en comparant une sélection de produits avec un échantillon acheté anonymement issue du même lot. Une partie importante des recettes provenant de la vente des médailles est investie dans ces contrôles de qualité postconcours, dont l’objectif est de garantir aux consommateurs le plus haut niveau de satisfaction quant aux vins plébiscités par le jury.

Les membres du jury sont pleinement convaincus du sérieux dont fait preuve le Concours Mondial de Bruxelles et l’apprécient à sa juste valeur, comme l’a confirmé Xavier Leclerc : « En tant que dégustateur professionnel, il y a des concours qu’on préfère pour le sérieux de leur méthode et de leur organisation. Parmi les concours internationaux, pour moi LE Concours, c’est le Concours Mondial c’est Bruxelles. La qualité des dégustateurs impose un niveau d’exigence vis-à-vis de son propre palais que je n’ai rencontrée nulle part ailleurs. Pour moi, c’est la médaille la plus fiable et quand nous recevons les résultats, j’alerte les acheteurs sur les vins médaillés dans leur zone ».

« Le Concours Mondial de Bruxelles est un évènement de premier plan en termes d’organisation où les vins sont évalués de manière professionnelle. Les membres du jury sont très compétents, et c’est un plaisir de déguster en équipe » – Beáta Keszler, consultante en marketing du vin chez Dee-wine.com.

Le Concours Mondial de Bruxelles 2020 se tiendra à Brno, du 1er au 3 mai. La date limite des inscriptions est fixée au 17 mars.

 

[1] L’indice de connaissance du vin se base sur le niveau de connaissance portant sur les pays producteurs de vins, les régions et les marques, tel que les consommateurs le déclarent. Il s’exprime sur une échelle de zéro à 100, où plus le chiffre est élevé, plus le niveau de connaissance est important.
[2] https://www.wineintelligence.com/downloads/global-trends-in-wine-2020
[3] Dont la France, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, le Portugal, le Luxembourg, l’Autriche, l’Allemagne et la Bulgarie.